Pendant trois semaines en Juillet 2016, à la médiathèque de Locmariaquer, était exposée la  maquette de Jo, adhérant du club Séné Rail Miniature, sur le thème  ‘Western’. Jo nous livre l’historique de son réseau…..

POURQUOI L’OUEST AMERICAIN?

J’aime les grands espaces sauvages, quasi désertiques et mythiques, tel que le Colorado par exemple, la couleur  changeante des sols suivant la course du soleil et sa végétation atypique.  L’intérêt pour l’histoire des USA à cette époque et du rail évidemment des années 1920 à 1950. C’est l’épopée des mécaniques rustiques.

J’avais crée un réseau en HO au départ, de 2m40x1m20 en 2 modules face à face, mais je trouvais les machines trop petites et donc peu visibles du coté des mécaniques, alors je suis passé à L’ON30, la voie métrique US qui correspond à la voie HO.

LE RESEAU :

Dimensions : 4m10 de long x 4m34 au plus large, et 2m40 au plus haut, au total un ensemble de 10 modules : la ville en bas, avec des bâtiments industriels et un réparateur de bateaux près du port, puis le village avec hôtel, banque, son garage et même les pompes funèbres. Et évidemment l’éternel réservoir pour faire le plein des machines, fait comme tous les bâtiments en bois ou quelques plaques fines de PVC.

Un peu plus loin, une plaque tournante DCC, habillée de bois et des potences de renfort qui permettent à la loco de manœuvre ‘Forney’ de sortir ou d’aller au grand atelier de proximité et à quelques voies adjacentes. Tout près, le parc à charbon et sa fosse et un autre petit atelier où des ouvriers coupent le bois pour l’alimentation des locos.

De là, la voie prend de l’altitude en revenant en Z sur elle-même sous la montagne et sur des pont à chevalets (pont en bois hyper fréquents pour passer tous les obstacles de la nature de ces contrées très accidentées) pour gagner ensuite la mine à l’autre bout du réseau. Le carreau de la mine comporte 4 voies dont une cachée sous la montagne, une pour recevoir les wagons de minerai sous le silo, avec ses trémies et ses trappes mobiles, qui partiront ensuite au port, une voie de dégagement pour aller au camp forestier, et la dernière voie pour servir le grand magasin stockant les divers matériels et matériaux nécessaires a la mine.

De là, on peut repartir pour le dernier périple qui va nous mener par une rampe ascendante jusqu’au camp forestier après avoir traversé à nouveau tout le réseau; la voie montante et la descendante se croisent sur une bonne partie du parcours: visibles particulièrement sur le pont à chevalets, sous lequel se trouvent les chercheurs d’or.

LE PORT :

Dernier module en date: le port avec un quai en pierres, le chantier de réparation, l’estacade sur laquelle arrive le minerai débarqué des wagons dans le chaland à moteur à vapeur. Quelques goélands voraces agrémentent un peu le décor ainsi que des restes de cabine, une ancre rouillée et un bateau en cours de chantier, un remorqueur sur sa rampe de mise à l’eau, et 2 voies en impasse permettent quelques manœuvres de garage. L’eau a été faite, après peinture du CTP, à l’aide de gel médium acrylique épais et brillant. Les algues aux abords du port sont en flo